Les sites jeux en ligne sonnent le glas des casinos terrestres

Nouvelle baisse des recettes des casinos terrestres

Une baisse de 6% du produit brut des jeux (PBJ, diffĂ©rence entre les mises des joueurs et leurs gains) des casinos « en dur » a Ă©tĂ© enregistrĂ©e au cours des 6 premiers mois de l’exercice 2009-2010 (du 1er novembre 2009 au 30 avril 2010) sur plus de 170 casinos (sur les 197 installĂ©s en France), aprĂšs 2 exercices en « forte baisse » cumulant une rĂ©gression de 18%. Le PBJ de l’exercice 2008-2009 de l’ensemble des casinos avait dĂ©jĂ  reculĂ© de 9% Ă  2.3 milliards d’euros.

On a constatĂ© que le nombre d’entrĂ©e dans les casinos subit une baisse et met en cause l’impact des offres des sites de jeux lĂ©gaux et illĂ©gaux. Pourtant, dans l’espoir de voir s’attĂ©nuer peu Ă  peu l’impact de l’interdiction du tabac (depuis le 1er janvier 2008), les Ă©tablissements ont fortement investi en matiĂšre d’offres de jeux et pour la rĂ©novation de leurs sites. Cette baisse serait liĂ©e donc, en partie, au dĂ©veloppement des jeux d’argent en ligne.

En Octobre 2008, devant les premiĂšres constatations de la dĂ©gradation de la situation, plusieurs mesures de soutien sont dĂ©jĂ  demandĂ©es aux pouvoirs publics, dont la principale n’a pas toujours Ă©tĂ© satisfaite (abattement de 10% sur les prĂ©lĂšvements opĂ©rĂ©s par l’Etat).

Baisse des recettes de casino : les répercussions sur le budget des Communes

Les villes ayant un casino sont les poumons Ă©conomiques de l’industrie nationale. Cela reprĂ©sente des milliers d’emplois et l’Etat doit en prendre conscience. La sauvegarde des 17.000 emplois directs dĂ©pend de l’adaptation rapide de la fiscalitĂ© des casinos, aucune entreprise ne pouvant supporter 3 annĂ©es durant une baisse d’activitĂ© aussi importante. La contribution Ă©conomique des casinos pour les finances nationales et locales (prĂšs de 56% du PBJ en 2009) est trĂšs importante. Les casinos sont souvent la principale source de recettes et d’animation des stations dans lesquelles ils sont implantĂ©s. La baisse du chiffre d’affaires des casinos se rĂ©percute, en effet, directement sur les budgets des 182 communes les accueillant (certains en abritent mĂȘme deux). Ces villes ont reçu 445 millions d’euros de recettes fiscales en 2009 provenant des casinos, l’Etat en engrangeant de son cĂŽtĂ© 1.5 milliard d’euros. Le DĂ©putĂ©-maire de Divonne, suite au constat d’une baisse d’autour de 20% des recettes dans ses casinos, s’inquiĂšte puisque 15% du produit brut des jeux atterrit dans les caisses de sa ville pour permettre de faire profiter leurs activitĂ©s touristiques. Quant au DĂ©putĂ©-maire du Touquet, il s’alarme car l’ensemble des Ă©quipements culturels et sportifs de sa ville survit grĂące aux recettes gĂ©nĂ©rĂ©es par leurs deux Ă©tablissements.

Les mesures prises par l’Etat
Une Ă©tude a montrĂ© qu’en France, il y a 3 millions de joueurs qui parient sur internet, dont 20% affectent plus de 50€ mensuellement. En Octobre 2009, Francis Merlin a rapporté que le chiffre d’affaires des jeux en ligne devrait atteindre les 800 millions d’euros pour l’annĂ©e 2010.

La croissance des jeux en ligne continue malgrĂ© les lois qui visent Ă  contrer ces sites clandestins. Et puisqu’on ne peut plus interdire leur pratique, la solution est donc de dĂ©finir un encadrement pour leur exploitation. Une loi autorisant l’ouverture Ă  la concurrence des jeux d’argent et de hasard en ligne est promulguĂ©e. La philosophie de cette loi a eu l’accord d’Etienne Blanc, PrĂ©sident de la nouvelle Association Internationale qui regroupe les Ă©lus des villes de casinos « en dur ».

Deux dispositions sont, alors, prises par l’Etat pour compenser les communes accueillant des casinos et hippodromes terrestres. L’amendement de Jacques Myard prĂ©voit une taxe spĂ©cifique, prĂ©levĂ©e sur le montant des sommes engagĂ©es par les parieurs hippiques. En effet, un plafond de 750.000€ est attribuĂ© Ă  chaque ville disposant un hippodrome. L’amendement de Daniel Fasquelle prĂ©voit, quant Ă  lui, une redistribution de 15% du prĂ©lĂšvement sur le poker en ligne aux communes possĂ©dant un casino terrestre.

Laisser un commentaire

Casinos Jackpot