Los Pelayos traquent les roulettes de casinos

Une histoire extraordinaire des membres d’une famille qui ont fait la Une des journaux aprùs avoir vider les poches des casinos par lesquels ils passaient partout dans le monde, c’est l’histoire vraie d’une famille pas comme les autres les Los Pelayos !

Tout a commencĂ© avec le pĂšre de famille Gonzalo Pelayo qui croyait dure comme fer, qu’aucune machine du monde n’est infaillible et il n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  faire une dĂ©monstration. Il racontait son histoire en disant : « Un matin, je me suis rĂ©veillĂ© en pensant : « Aucune machine n’est parfaite. » Les montres des horlogers suisses et les navettes de la Nasa ne le sont pas. Alors je me suis dit que les roulettes ne devaient pas l’ĂȘtre non plus : un bois plus dur Ă  un endroit qu’à un autre, une diffĂ©rence de moins d’un millimĂštre entre deux cases… Ce sont des facteurs invisibles mais qui pouvaient conduire la boule Ă  se loger plus souvent sur certains numĂ©ros ».

Pour vĂ©rifier cette thĂ©orie il l’a mise Ă  l’épreuve dans sa ville natale dans le Casino de Madrid en ayant recours Ă  son fils ainĂ© Ivan et ses cousins qui avaient pour mission d’observer les roulettes du casino pendant plusieurs jours d’affiler et faire part au big boss de la plus minime Ă©gratignure ou la moindre rayure pour identifier l’appareil. Des relaies sont organisĂ©s tous les 6 heures pour observer et faire un rapport au parrain qui Ă©tablit ses statistiques en vue de repĂ©rer la faille et avoir une longueur d’avance sur le casino.

Gonzalo commente la chose en disant : « J’avais raison. Assez rapidement, j’ai remarquĂ© que chaque table de roulette casino avait des numĂ©ros qui sortaient plus souvent que d’autres. Mais la tendance observĂ©e n’avait pas valeur de dĂ©monstration. Pour que ce soit le cas, il fallait recenser au moins 5 000 lancers de boule par roulette ».

Pour bien mener sa mission rien n’est laissĂ© au hasard, il a demandĂ© l’aide de son ami professeur statisticien qui lui a donnĂ© des cours accĂ©lĂ©rĂ©s en la matiĂšre pour pouvoir Ă©tudier les probabilitĂ©s de sa rĂ©ussite et ça a payĂ© en 1992, l’an des jeux olympiques de Barcelone. Il confirme « La journĂ©e, nous allions suivre les JO, le soir au casino. Et on gagnait ! ».

AprĂšs Madrid ce fĂ»t la conquĂȘte des casinos du monde entier Tenerife, Vienne, Copenhague, Londres, entre autres et, bien sĂ»r, consĂ©cration, Las Vegas, aucun n’est Ă©pargnĂ©, tout y passe, Los Pelayos ne misaient que des montants insignifiants mais raflaient des sommes astronomiques plusieurs millions d’euros ;

Cette veine a fait agacer plus d’un gĂ©rant de casino qui se sentent impuissants et essaient par tous les moyens possibles de les dissuader et mĂȘme de les expulser de force car ils devenaient franchement indĂ©sirables. Et les casinos ont commencĂ© Ă  leur fermer la porte.

Los Pelayos ont plus d’un tour dans leurs manches, au lieu d’ĂȘtre dĂ©couragĂ©s ils ont Ă©crit un livre racontant leur histoire incroyable et ils y ont mĂȘme insĂ©rĂ© une description technique de leur mĂ©thode innovante.

Ce fĂ»t un grand succĂšs tout le monde s’y intĂ©resse et mĂȘme la presse et la tĂ©lĂ©vision qui ont invitĂ© les membres de la famille pour faire part de leur histoire. En plus la flottille Los Pelayos a portĂ© plainte contre le Casino de Madrid et aprĂšs un procĂšs qui a durĂ© 10 ans, le tribunal a donnĂ© raison Ă  la famille et son droit de rĂ©cupĂ©rer sa place parmi les tables du casino, et la famille est allĂ©e jusqu’à demander des dommages et intĂ©rĂȘts pour le prĂ©judice subi.

Et lorsque les vannes s’ouvrent personne ne peut les fermer car une sociĂ©tĂ© cinĂ©matographique fĂ»t intĂ©ressĂ©e par leur fabuleuse histoire pour l’adapter Ă  un film. Ce qui prouve que tout est possible sur les tapis verts des casinos.

Laisser un commentaire

Casinos Jackpot